La mort d’Élizabeth II a relancé le débat dans plusieurs pays du Commonwealth de savoir si ils devaient conserver le souverain britannique comme leur chef d’Etat. Sur le principe il n’y là rien de mal. Après tout ces États ont le droit de s’émanciper totalement de leur ancien colonisateur. Mais c’est bien beau de crier « Vive l’indépendance ! » ou « Vive la République ! » ou que sais-je encore si après avoir remplacé la monarchie on n’est pas capable de retenir ses ressortissants dans son pays soit par incurie politique, soit par opportunisme, soit par une gestion économique désastreuse, pour les encourager ensuite à s’établir dans l’ancienne métropole. Ces États qui veulent se débarrasser des derniers oripeaux de la monarchie britannique (Jamaïque, Grenade, Bahamas, Antigua et Barbuda, Bélize etc…) sont déjà indépendants dans les faits depuis les années 60-70 ou au début des années 80 pour les plus récents. Pour quel résultat ? L’immigration en provenance des Caraïbes vers le Royaume Uni a littéralement explosé suite à ces déclarations d’indépendance. Nous connaissons ce phénomène en France où les anciens colonisés ne cessent de venir plus nombreux pour vivre dans l’ancienne métropole pourtant accusée de tous les maux. Il ne faudrait pas que la fin de la monarchie dans ces pays s’accompagne d’un nouvel exode vers le Royaume Uni. Il est bien de s’émanciper en criant « Vive l’indépendance ! » ou « Vive la République ! » mais les Européens vous répondent une seule chose : « ASSUMEZ-VOUS ! ».

Laurent Dayona