Chacun pense ce qu’il veut de la mort d’Elizabeth II mais force est de constater que c’est un événement historique. Le plus long règne de l’histoire de l’Angleterre vient de s’achever. La reine est partie comme elle a vécu. Avec dignité et élégance. Bien que souffrante, elle a tenu jusqu’au bout à assumer ses fonctions. Décédée le 08 septembre, elle recevait pourtant le 06 septembre la nouvelle Première ministre britannique, Liz Truss, debout et lui serrant la main dans son château écossais de Balmoral. Un sacré tempérament et une haute idée des devoirs de sa charge. Sans oublier un brin de modestie qui lui permettait d’être aussi populaire auprès de son peuple. Car lorsque je pense à Élizabeth II une image me revient immédiatement à l’esprit. La scène se déroule à Paris le 07 juin 2014. La reine était présente dans notre pays pour la célébration du 70 ème anniversaire du débarquement des forces alliées en Normandie. La journée était pluvieuse. La reine était entourée du président de la République, François Hollande et de la maire de Paris, Anne Hidalgo. Sur une photo on aperçoit la reine, âgée alors de 88 ans, tenir elle-même son parapluie alors qu’à ses côtés la maire socialiste, élue depuis deux mois, bénéficiait d’un serviteur pour lui tenir le sien. D’un côté la représentante de l’une des plus anciennes monarchies au monde, censée incarner les privilèges, de l’autre une élue de la République prétendument égalitaire, censée incarner la proximité avec le peuple. J’ai toujours vu cette image comme le symbole de la dérive des élites françaises et de leur profond mépris pour la plus élémentaire modestie.

Laurent Dayona