Italie : cela n’est pas fréquent mais une bonne nouvelle nous est parvenue du Vatican. Ou plus exactement une bonne nouvelle en gestation. La seule GPA que nous acceptons. Le Pape qui n’aime pas les Européens, le triste François, a ouvert la porte à un possible renoncement. Le grabataire qui s’accroche encore à sa fonction n’a cependant pas encore fait preuve du même courage et de la même lucidité que son prédécesseur puisqu’il a immédiatement ajouté « Mais jusqu’à aujourd’hui je n’ai pas poussé cette porte. Comme on dit je ne l’ai pas senti, de penser à cette possibilité. Mais cela ne veut pas dire qu’après-demain je ne vais pas commencer à y penser ». Il n’empêche que la simple évocation d’un renoncement soulève un espoir chez tous les chrétiens européens qui n’en peuvent plus d’avoir à leur tête un homme dont la seule obsession semble de voir notre continent submergé par les vagues migratoires en provenance d’Afrique et d’ailleurs. Les voix du seigneur, c’est bien connu, sont impénétrables mais surtout père François n’hésitez pas à pousser cette porte. Vite…

France : encore une bonne nouvelle ! Depuis le 1er juillet, les deux abattoirs du groupe Intermarché ont arrêté l’abattage sans étourdissement préalable des animaux : « Les attentes générales de la société concernant la bientraitance animale ont très significativement évolué au cours des dernières années. » Et le groupe Intermaché a décidé de franchir le pas quitte à se priver d’un marché en plein essor. Même si cette décision s’est faite dans une très grande discrétion, sans doute par peur des réactions, il s’agit d’une victoire pour les véritables défenseurs de la cause animale. Véritable car trop souvent ceux qui se proclament les amis des animaux évitent soigneusement d’aborder ce problème de l’abattage rituel dans leurs actions très médiatisées. Et pour cause, ils sont aux animaux ce que les escrologistes sont à la cause environnemental. Vert à l’extérieur et rouge à l’intérieur. Leur véritable combat étant davantage la lutte contre les traditions ancestrales des Européens (corrida, chasse à courre, élevage traditionnel etc…) que le bien être des animaux. Je peux comprendre que l’on soit contre la corrida n’étant moi-même pas du tout adepte de ce spectacle. Mais je n’aime pas l’hypocrisie de ceux qui pleurent devant le sort des taureaux et qui se taisent par lâcheté devant le sort cruel des animaux tués selon l’abattage rituel. Sans compter que dans le premier cas nous parlons de quelques centaines d’animaux alors que dans le second 15 % des bovins et 27 % des ovins étaient concernés par l’abattage rituel en… 2014 (derniers chiffres disponibles). Or depuis, l’abattage rituel n’a fait que progresser. Dans ces conditions il faut saluer l’initiative courageuse du groupe Intermarché en espérant qu’il fasse tâche d’huile.

France : voilà sans doute une nouvelle démonstration du en même temps macronien. Alors que le bourreau des Ukrainiens est devenu, à juste titre, persona non grata dans notre pays, notre président ne trouve rien de mieux que d’accueillir à l’Élysée avec tous les honneurs l’homme qui découpe et dissout les journalistes plus vite que son ombre. On me répondra que notre président cherche des alternatives énergétiques au gaz et au pétrole russe. Cet argument est irrecevable. Outre que nous passerions d’une dépendance étrangère à une autre, non européenne de surcroît, nous alimenter auprès d’un ennemi est tout sauf une bonne idée. Car l’Arabie Saoudite qui finance l’expansion de l’islamisme à travers le monde et tout particulièrement en Europe est bien une ennemie de notre civilisation. Si la relation franco-saoudienne remonte au général de Gaulle, nos dirigeants ne peuvent plus ignorer depuis le 11 septembre 2001 le double, voir le triple discours des autorités wahabbites sur le terrorisme et l’islamisme ainsi que leur rôle ambigüe vis-à-vis de l’internationale djihadiste. Se tourner vers Ryad pour compenser l’énergie russe est une politique de gribouille. Le macronisme se révèle être avant tout un amateurisme dangereux.