En temps de guerre il faut savoir choisir son camp. Soit vous êtes avec l’Ukraine. Soit vous êtes avec la Russie. Une fois ce choix fait il faut s’y tenir. Quoi qu’il puisse en coûter. J’ai davantage de respect pour ceux qui soutiennent la Russie ouvertement que pour ceux qui se disent pour la recherche de la paix. Les crétins. Comme si nous étions pour la guerre. Ces hypocrites sont en vérité des admirateurs de Vladimir Poutine mais n’osent pas (plus) le dire ouvertement. En effet, le point commun dans les articles, vidéos ou tweets de tous ces faux-culs c’est l’absence de toute critique envers le dirigeant russe. Dans ces conditions, peu leur importe que la Russie envahisse l’Ukraine. Peu leur importe le sort de la population ukrainienne. Mais ça non plus ils ne peuvent pas le dire ouvertement. Alors, pour pouvoir soutenir la Russie sans avoir l’air d’y toucher ils critiquent la politique des sanctions économiques voulue par l’Union européenne. Ils le font sur un mode sarcastique ou le cynisme le dispute à la mauvaise foi.

À les écouter ces sanctions n’auraient des conséquences négatives que sur la seule Union européenne. La Russie devenant comme par magie, dans leur monde parallèle, un pays de cocagne imperméable à ces sanctions. Cela est totalement faux. Mais oui, ces sanctions vont avoir des conséquences sur l’économie européenne et sur la vie quotidienne de ses habitants. Mais que proposent-ils ? Rien. Ou plutôt si, de négocier une paix avec l’agresseur russe. Quelle paix ? Ils se gardent bien de le dire. Combien de centaines de milliers de km2 l’Ukraine devrait-elle abandonner à la Russie pour satisfaire Vladimir Poutine ? Ils ne le disent pas. Cette capitulation de Kiev, car c’est de cela dont il est question, n’aurait-elle pas des conséquences bien plus graves sur l’avenir de l’Europe que le conflit actuel ? Pas un mot là-dessus. Pour paraphraser De Gaulle « la paix, la paix, la paix. Et après ? ». Mais au-delà de leur inconséquence géopolitique, c’est leur hypocrisie qui est insupportable. Les seules alternatives à la politique des sanctions prise par l’Union européenne auraient été d’intervenir militairement sur le terrain ukrainien ou d’entériner l’invasion russe. Par conséquent, lorsqu’ils critiquent la politique des sanctions économiques de l’Union européenne que ces Cassandre de pacotilles aient au moins une fois dans leur vie un tant soi peu de courage en disant quelle alternative ils privilégieraient. J’ai ma petite idée sur le sujet.

À une époque pas si lointaine, les défaitistes qui sapaient le moral de l’arrière étaient considérés comme des traîtres et de terribles sanctions s’abattaient sur eux. Heureusement pour eux l’époque a changé. Ils peuvent s’exprimer librement sans encourir aucune punition. Il est seulement dommage que les défaitistes russes ne puissent pas bénéficier de la même tolérance. Mais de cela, nos faux-culs s’en moquent également.

Laurent Dayona