La fenêtre d’opportunité pour les Européens se referme progressivement. Pour ne pas avoir eu le courage d’intervenir militairement en Ukraine, au moins dans la partie Ouest du pays comme je le préconisais dès le 13 mars dernier (1), les Européens viennent de perdre la main. La visite du secrétaire d’État américain Antony Blinken et du secrétaire américain à la défense Lloyd Austin dimanche dans la capitale ukrainienne indique clairement que les États-Unis, après deux mois d’observation pour juger du rapport de force, viennent officiellement de reprendre le leadership des événements en Ukraine et ce n’est pas une bonne nouvelle pour l’Europe. Une intervention militaire de l’Europe devait signifier à Vladimir Poutine les lignes rouges à ne pas franchir et couper l’herbe sous les pieds des deux pyromanes que sont les États-Unis et la Chine. Cette intervention devait permettre de sortir l’OTAN et Washington de l’équation (2) et donner l’occasion aux Européens de négocier directement avec le Kremlin pour trouver une issue diplomatique. Hélas, l’inaction de l’Europe va nous conduire vers le pire des scénarios. Comme je le disais le 19 mars dernier (2) « en refusant d’intervenir ce n’est pas la paix que nous préservons. Nous préparons le prochain conflit. Plus terrible encore ». Nous nous en approchons dangereusement. Car les Américains ne recherchent pas une solution diplomatique. Ils veulent humilier la Russie. L’affaiblir définitivement. Ce n’est pas votre serviteur qui le dit mais le secrétaire américain à la defense Lloyd Austin qui a déclaré lundi vouloir « voir la Russie affaiblie à un degré tel qu’elle ne puisse plus faire le même genre de choses que l’invasion de l’Ukraine ». Cela a le mérite d’être clair. Les États-Unis veulent en finir, une fois pour toute, avec la Russie. Cela change TOTALEMENT la nature du conflit. Nous passons d’une guerre régionale à une guerre potentiellement mondiale. Nous passons d’une guerre d’agression à une potentielle guerre d’annihilation. Cela veut dire concrètement, ce dont je n’ai jamais réellement douté (3), que les Américains sont prêts à utiliser jusqu’au dernier Ukrainien pour lutter contre la Russie. Moscou a parfaitement reçu le message. C’est dans ce contexte qu’il faut replacer la dernière sortie du ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, sur les risques d’une troisième guerre mondiale. La Russie est désormais sur la défensive. D’agresseur elle est en passe de devenir progressivement une proie. Cruelle ironie qui est directement le résultat de la tragique faute du Kremlin. Et si comme je le suppose la Chine ne laisse pas tomber la Russie, car elle aussi utilise l’Europe comme terrain d’affrontement indirect avec l’Amérique (4), alors les Européens pourront se mordre les doigts ne pas avoir eu le courage de s’engager militairement pour prendre leur destin en main. L’histoire ayant horreur du vide, d’autres vont l’écrire à leur dépens.

Laurent Dayona

(1) https://europarabellum.com/2022/03/13/glacis-russe-vs-glacis-europeen-le-temps-est-venu-pour-leurope-dintervenir-militairement-en-ukraine/

(2) https://europarabellum.com/2022/03/19/les-etats-unis-et-lotan-doivent-imperativement-sortir-de-lequation-ukrainienne/

(3) Relire mes nombreux articles sur le sujet

(4) https://europarabellum.com/2022/03/15/la-chine-ne-laissera-pas-tomber-vladimir-poutine/