La débandade de l’armée russe en Ukraine est totale. Non sans rire, l’état-major de l’armée russe cherche à camoufler son échec en proclamant que « les tâches principales de la première phases de l’opération militaire spéciale ont été menées à bien avec succès » et qu’il s’agit maintenant de se « concentrer sur la libération du Donbas ». La bonne blague. Comme je le disais dans un article précédent, le roi est nu (1). Le monde entier à pu s’apercevoir que la Russie n’était qu’un tigre de papier. Pour mater des gueux islamistes l’armée russe peut faire le job mais pour ce qui s’agit d’envahir une nation moderne et déterminée à se défendre on repassera. En à peine un peu plus d’un mois de conflit, l’armée russe a perdu 20% de son armée de terre, des milliers de véhicules, des dizaines d’aéronefs et même deux navires. Hormis la cité de Kherson, qu’elle semble avoir le plus grand mal à conserver à l’heure où j’écris ces lignes, l’armée russe s’est montrée incapable de s’emparer des grandes villes ukrainiennes. La défaite de la Russie est totale. Que cela soit sur le plan militaire ou géopolitique. On peut même parler d’humiliation. Cet échec retentissant aura des répercussions considérables qu’il est encore difficile de mesurer. Cependant la première conséquence de cette bérézina est déjà visible. Moscou envisage désormais de négocier une paix avec Kiev. Il ne s’agit plus aujourd’hui de s’emparer de l’Ukraine, ni même du sud du pays, ni de faire chuter le gouvernement ukrainien ou encore de « dénazifier ». Non, aujourd’hui il s’agit pour Vladimir Poutine de sauver la face ainsi que son régime. Et la seule question qui vaille est de savoir si il est dans l’intérêt des Ukrainiens de lui faire ce cadeau. La réponse est simple. Si l’Ukraine reste isolée alors oui il faut négocier afin de mettre un terme à ce conflit fratricide et imbécile déclenché par le dirigeant russe. En revanche, si l’Union européenne voulait enfin sortir de sa lâche torpeur de la manière que j’ai proposé dans plusieurs articles (1, 2 et 3) alors l’Ukraine pourrait non seulement se payer le luxe de refuser de négocier avec l’agresseur mais envisager de reconquérir l’ensemble de son territoire. Y compris la Crimée. L’Europe doit faire une croix sur la Russie de Poutine. Son objectif doit être d’obtenir un changement de régime à Minsk et Moscou. Une défaite militaire totale en Ukraine couplée avec une guerre économique contre ces deux pays seront le seul moyen d’y parvenir. Il ne s’agit pas d’envahir ces deux pays mais de démontrer aux peuples de ces deux nations la faiblesse, l’incurie et l’incompétence de leurs dirigeants respectifs. Cela sera à eux de terminer le travail. Et il sera alors envisageable et contre toute attente que de ce formidable gâchis qu’a été ce conflit sorte une opportunité historique de rassembler enfin la famille européenne. Quel joli pied de nez cela serait pour Pékin et Washington. On peut toujours rêver.

Laurent Dayona

(1) https://europarabellum.com/2022/03/19/les-etats-unis-et-lotan-doivent-imperativement-sortir-de-lequation-ukrainienne/

(2) https://europarabellum.com/2022/03/13/glacis-russe-vs-glacis-europeen-le-temps-est-venu-pour-leurope-dintervenir-militairement-en-ukraine/

(3) https://europarabellum.com/2022/02/27/la-nation-europeenne-doit-naitre-dans-les-plaines-ukrainiennes/