Depuis le début Emmanuel Macron utilise la crise ukrainienne afin de se mettre en scène. Cette utilisation indécente et cynique ne poursuit qu’un seul objectif : permettre à Jupiter de rester sur son olympe afin de ne pas redescendre au sein des pauvres mortels que nous sommes. Surtout pendant une campagne présidentielle. Dès le 07 février, date de sa visite à Vladimir Poutine, Emmanuel Macron a joué à faire semblant. Il a fait semblant de négocier avec Vladimir Poutine alors qu’en réalité il n’avait aucun biscuit pour le président russe. Et pour cause, pour qu’il puisse en être autrement encore aurait-il fallu qu’il s’affranchisse de la tutelle américaine pour offrir au dirigeant russe des propositions diplomatiques audacieuses. Je vous invite à ce sujet à relire attentivement mon article du 26 janvier dernier (1) qui explique en détail ce que le président français et le chancelier allemand auraient pu proposer pour donner une chance à la paix. Mais Emmanuel Macron n’a pas eu ce courage. Tout le mépris de Vladimir Poutine pour les Européens (2) vient de leur incapacité à dire non aux Américains. Son échec le 07 février (3) n’a pas empêché l’Élysée, avec la complicité de nombreux médias, de publier un communiqué de victoire en affirmant sans rire que Vladimir Poutine avait promis à Emmanuel Macron « qu’il n’y aurait pas d’escalade ». Jupiter pouvait revenir dans son pays auréolé du titre de sauveur du monde. Il était celui qui avait fait reculer Vladimir Poutine. Alléluia. Mais patatras, il a vite fallu se rendre compte que le locataire de l’Élysée avait été roulé dans la farine par le maître du Kremlin. S’en est suivi une période durant laquelle Emmanuel Macron s’est littéralement mis en scène. Dans son bureau présidentiel il téléphonait aux grands dirigeants du monde pour arracher un accord de paix. Des photos délirantes furent publiées à l’intention du grand public sur lesquelles on le voyait mimer les poses de John Fitzgerald Kennedy dans le bureau ovale de la Maison Blanche lors de la crise des missiles de Cuba en 1962. Mal rasé, blafard, tendu, il portait le poids du monde sur ses épaules. Propagande grotesque, indécente, pathétique, reprise avec flagornerie par l’ensemble du système médiatique français qui s’est fait le complice de cette manipulation sans le moindre esprit critique. Méthode que n’aurait pas renié Vladimir Poutine. Mais cela n’était rien en comparaison du festival dont le président français nous a gratifié depuis le début de la guerre. Dans les premiers jours du conflit pas une journée ne s’est passée sans que l’on sache qu’il s’entretenait régulièrement au téléphone avec le président russe. Jusque là rien à redire. En cette période de crise aiguë il est normal que le président maintienne le contact avec son homologue russe. Mais curieusement la teneur de ces entretiens sont systématiquement divulgués par l’Elysée. Drôle de méthode tout de même. En général les échanges diplomatiques doivent respecter un minimum de discrétion si on veut qu’ils soient efficaces. Surtout que les extraits choisis servent à flatter la virilité d’un président français qui n’hésiterait pas à parler crûment à Vladimir Poutine. Mais le plus grave n’est même pas là. Dans une période aussi conflictuelle, le rôle d’un chef d’État doit être de rassurer la population. Après tout, il le répète lui-même, la France n’est pas en guerre avec la Russie. Mais après chaque coup de fil au dirigeant russe, l’Élysée se plaît à faire peur. Nous avons eu droit au « Le pire est à venir », puis « Vladimir Poutine est prêt à aller jusqu’au bout » sans parler de la dernière en date du 07 mars « La situation est inquiétante et nos compatriotes ont raison de s’inquiéter. La guerre revient en Europe. La situation s’aggrave chaque jour.». Waouh, si après ça les compatriotes d’Emmanuel Macron ne comprennent pas que l’heure est grave et qu’il faut se ranger derrière sa bannière comme un seul homme c’est vraiment à désespérer. Mais le président français peut se rassurer. Sa communication fonctionne à merveille. Depuis le 24 février il a gagné environ 7 % dans les sondages. Devant l’orage les moutons se rassemblent. Cette ambiance permet ainsi à la girouette de la politique française, l’ex futur catalan a moins que cela ne soit l’inverse, Manuel Valls, de faire un véritable laïus en proclamant que le débat politicien doit cesser et surtout qu’Emmanuel Macron « est à la hauteur de la situation ». Vraiment ? Mais qu’a t’il obtenu pour mériter cela ? RIEN. Le néant. Toutes ses initiatives diplomatiques se sont conclues par des échecs retentissants. Et j’ai expliqué plus haut pourquoi. Mais la peur parfaitement entretenue par l’Élysée affole le troupeau devenu incapable de réfléchir. La mascarade peut se poursuivre.

Laurent Dayona

(1) https://europarabellum.com/2022/01/26/crise-ukrainienne-ce-quemmanuel-macron-et-olaf-scholz-devraient-faire/

(2) https://europarabellum.com/2021/10/21/les-raisons-du-mepris-russe-envers-lunion-europeenne/

(3) https://europarabellum.com/2022/02/09/emmanuel-macron-na-rien-obtenu/