Américains et Chinois ont sans doute sablé le champagne après le discours de Vladimir Poutine au soir du 21 février 2022. En franchissant le rubicon le maître du Kremlin vient de valider les stratégies antagonistes mais néanmoins complémentaires de Joe Biden et Xi Jinping. Côté américain l’erreur de Vladimir Poutine leur permet de couper définitivement la Russie de la civilisation européenne. La crainte des Américains depuis la chute du mur de Berlin en 1989 était de voir l’émergence d’une puissance européenne autonome alliée à la nation russe qui en ferait la premier puissance mondiale économique, politique, nucléaire et diplomatique. Pour éviter ce cauchemar géopolitique il était indispensable de fracturer l’Europe, d’ériger un nouveau rideau de fer. C’est ce que n’ont cessé de faire les différentes administrations américaines depuis la fin de l’URSS. En acculant le président russe en refusant obstinément de lui donner les garanties de sécurité qu’il réclamait à juste titre l’administration de Joe Biden s’inscrit dans cette stratégie de longue durée et savait parfaitement ce qu’elle faisait avec à la clef les bénéfices économiques que leur rapportera le gel du gazoduc Nord Stream 2. D’ailleurs, il est permis de s’interroger sur la stratégie des Occidentaux consistant à refuser tout compromis tout en déclarant publiquement qu’ils ne défendraient pas militairement l’Ukraine. Si ce n’est pas une invitation à envahir qu’est-ce que c’est ? Le faux pas de Vladimir Poutine est également du pain béni pour les Chinois. Non seulement cela va renforcer l’alliance sino-russe en encrant définitivement la Russie dans le camp chinois mais ce qui se passe en Ukraine justifie toute la stratégie de Xi Jinping qui consiste à transformer l’Europe en un nouveau champ de bataille afin d’en faire un kyste permanent pour les États-Unis pour l’empêcher de mobiliser l’ensemble de ses forces et de son énergie sur le théâtre Indo-Pacifique. Pour pouvoir pérenniser cette stratégie la Chine avait également besoin de couper définitivement la Russie de l’Europe. C’est sur ce point que les intérêts chinois et américains se rencontrent même si la finalité et bien entendu totalement différente. Dans ces conditions il faut s’attendre dans les mois et les années qui viennent à voir Pékin souffler sur les braises et instrumentaliser en coulisse les tensions qui parcourent notre continent. Je ne peux que vous inviter à observer ce qui va se passer dans les prochaines semaines dans les Balkans ou en Hongrie. Enfin, cerise sur le gâteau le gaz russe bon marché dont bénéficiait les Européens ira désormais aux… Chinois. En effet, la Chine intensifie ses importations de gaz naturel en provenance de Russie en s’appuyant sur la multiplication des travaux de construction de gazoducs chinois qui les reliera au gazoduc force de Sibérie en Russie. Les Européens, eux, paieront désormais leur gaz au prix fort en s’approvisionnant aux USA avec le gaz de schiste de surcroît plus polluant. Le chancelier allemand en s’empressant de suspendre le gazoduc Nord Stream 2 s’est tiré une balle dans le pied. Mais que ne ferait-on pas pour alimenter les caisses de notre « allié » américain. Le 21 février 2022 restera comme la date marquant une nouvelle division de l’Europe. Presque un nouveau schisme. En attendant pire. Bien pire… car Chinois et Américains sont bien décidés à se battre à mort jusqu’au dernier Européen.

Laurent Dayona