Si vous êtes intéressés par les relations internationales vous connaissez monsieur John Kirby. John Kirby est un contre-amiral de la Marine des États-Unis qui après sa retraite en juin 2015 est devenu porte-parole du département de la défense des États-Unis. La spécialité de monsieur John Kirby est de nous faire passer l’ours russe pour très, très mais alors très méchant. C’est même une obsession chez lui. Au point de contredire le gouvernement ukrainien lorsque celui-ci estime que les Américains exagèrent la menace russe. Car voyez-vous cela fait près de deux mois que monsieur John Kirby proclame que l’invasion russe de l’Ukraine est imminente. Personne, pas même les Ukrainiens, ne doivent mettre en doute cette affirmation. Car le doute ce n’est pas vraiment ce qui effleure monsieur John Kirby. C’est même pour cela qu’il occupe cette fonction de porte-parole du département de la défense des États-Unis. Dans la vidéo que vous allez voir, et qui date d’octobre 2014, monsieur John Kirby occupait le poste d’attaché de presse du Pentagone sous le secrétaire à la défense Chuck Hagel. C’est à dire sous la présidence Obama. Notons que d’une présidence démocrate à une autre son obsession russe ne l’a pas quitté. Il est assisté de Jennifer Psaki alors porte-parole du département d’État et actuellement porte-parole de la Maison Blanche sous la présidence de Joe Biden. Bref, des spécialistes dans l’art de faire passer des vessies pour des lanternes. Pourtant, armé de son simple bons sens, de sa ténacité et de son courage, un journaliste de l’Associated Press, Matt Lee, va faire dérailler la conférence de presse dont le but était (et oui déjà) de stigmatiser la Russie. Conférence qui s’achèvera par une piteuse retraite des deux porte-parole. Un délice. Désormais, lorsque vous entendrez monsieur John Kirby laisser libre cours à sa russophobie pathologique n’oubliez pas de vous remémorer cet échange.

La séance questions-réponses s’appuie sur la thèse de Chuck Hagel, secrétaire à la défense, selon laquelle l’armée russe se trouve aux portes de l’OTAN.

En voici la retranscription en français :

M. Lee. « Que voulait dire [Chuck Hagel] en qualifiant la Russie de révisionniste ? »

J. Kirby.… « Que la Russie éprouve un sentiment nostalgique vis-à-vis de l’URSS. »

M. Lee « Oui, mais il a aussi dit en parlant de l’armée russe qu’elle se trouvait aux portes de l’OTAN. N’est-il pas logique de regarder la situation en face et d’en déduire que si l’armée russe est aux portes de l’OTAN, c’est parce que l’OTAN s’est répandue à l’Est et non les frontières russes qui ont bougé (…) ? »

J. Kirby « Je pense que c’est la façon de voir du Président Poutine mais ce n’est certainement pas la nôtre. »

M. Lee « Vous ne pensez pas que l’OTAN s’est étendue vers l’Est et s’est rapproché de la Russie ? »

J. Kirby « L’OTAN s’est étendue et l’extension est une bonne chose pour …

M. Lee « Mais alors l’armée russe n’a rien à voir là-dedans, c’est l’OTAN qui se rapproche. »

J. Kirby « Je suis pratiquement sûr que ce n’est pas l’OTAN qui a déployé 15 bataillons tactiques à 15 km de la frontière ukrainienne et je suis pratiquement sûr que ce n’était pas l’OTAN qui a placé des petits hommes verts en Ukraine pour déstabiliser les villes de l’Est. »

M. Lee « Quant à moi, je suis pratiquement sûr que l’Ukraine n’est pas un membre de l’OTAN. Alors si rien n’a changé de ce côté-là … »

J. Kirby « Non, rien n’a changé. Mais je suis pratiquement sûr que les mouvements russes … »

M. Lee « Si l’OTAN s’est déplacée vers l’Est, la raison qui a fait que l’armée russe est aux portes de l’OTAN est bien liée à l’extension de cette dernière et non à celle de la Russie. »

J. Kirby « L’OTAN n’est pas une alliance antirusse, l’OTAN est une alliance de sécurité. »

M. Lee « Pourtant, pendant 50 ans, l’OTAN a été une alliance antisoviétique. »

J. Kirby « Ah oui ! Mais ça, c’était à l’époque soviétique. »

M. Lee « Comment pouvez-vous ne pas comprendre ou ne pas voir que les Russes considèrent son expansion comme une menace ? Les endroits dont vous dites que les troupes russes se rapprochent ou ont pu déjà se rapprocher, en Ukraine et en Géorgie, ne font pas partie de l’OTAN. »

J. Kirby « Je ne prétends pas savoir ce qui se passe dans l’esprit du Président Poutine ou des commandants militaires russes mais ce que je peux vous dire c’est que l’OTAN est une alliance défensive et le reste. »

M. Lee « Certes, mais elle s’est quand même déplacée vers l’Est, c’est un fait, n’est-ce pas ? »

J. Kirby « Elle s’est étendue, absolument. Mais personne n’a de raison de croire que cette expansion est un mouvement hostile ou menaçant. Non-non-non, nous accusons les Russes de violer l’intégrité territoriale de l’Ukraine et déstabiliser ainsi la sécurité de l’Europe ».

M. Lee « L’Ukraine qui ne fait pas partie de l’OTAN ? »

C’est alors que Mme Psaki intervient pour mettre fin au supplice de son collègue et ponctue, non moins agacée que M. Kirby : « Je ne vois pas le problème. D’autres pays qui sont membres de l’OTAN se sentent menacés ».