Alexandre Loukachenko a de la suite dans les idées. Il poursuit méthodiquement la mission que lui a assigné la Chine. À savoir entraîner la Russie dans un conflit avec l’Occident pour le plus grand bénéfice de Pékin. J’ai démontré cela dans de nombreux articles (*). Et voici ce que j’écrivais dans celui du 12 décembre 2021 : « Aujourd’hui nous ne sommes plus à l’abri d’une déstabilisation orchestrée par Pékin via l’impulsif Alexandre Loukachenko. Soit à destination de l’Ukraine, soit, ce qui serait encore un scénario bien plus dramatique, envers les Pays Baltes. Dans les deux cas de figure la Russie serait entraînée dans un conflit orchestrée par la Chine qui en serait la grande gagnante. Un tel scénario, loin de ses frontières, pourrait lui permettre dans le même temps de « s’occuper » de Taïwan. Le cauchemar des stratèges du Pentagone ». Depuis, et pour ceux qui auraient encore un doute, quatre événements sont venus confirmer mes analyses.

Tout d’abord, et ce n’est pas le moindre, l’ancienne éminence grise de Vladimir Poutine, Gleb Pavlovsky, a mis en garde le président russe contre la trahison d’Alexandre Loukachenko, qui selon lui entraîne constamment la Russie dans des situations désagréables. Et pour cause, c’est exactement le rôle qui lui est attribué par la Chine. Le 13 décembre, soit deux jours avant le sommet entre Vladimir Poutine et Xi Jinping, on apprenait que les banques de Biélorussie commençaient à se préparer à se déconnecter de SWIFT. Les banques biélorusses, non les banques russes. Que cela veut-il dire ? Qu’une des deux parties prenantes au sommet a averti les autorités biélorusses des résultats du sommet à venir. Sommet qui a décidé selon l’agence russe Russia Today que « La Russie et la Chine développeront des structures financières communes pour leur permettre d’approfondir leurs liens économiques d’une manière que les États étrangers ne puissent pas les influencer ». Cette décision commune est une réponse directe aux menaces des pays occidentaux de déconnecter la Russie du système financier SWIF. Donc 48 heures avant la rencontre entre Russes et Chinois les banques biélorusses avaient reçu cette information. Pas les banques russes. La source est donc forcément chinoise.

Le 16 décembre la Chine s’en prenait à nouveau à sa bête noire en Europe en prédisant que « La Lituanie sera celle qui pâtira si elle continue à se soustraire à ses responsabilités plutôt que de corriger ses erreurs ». Elle fait référence ici au litige opposant Vilnius à Pékin depuis cet été (***). Le lendemain la Chine faisait pression sur le géant des pièces automobiles Continental pour qu’il cesse d’utiliser des composants fabriqués en Lituanie poursuivant ainsi sa volonté de punir économiquement la Lituanie pour sa position sur Taïwan. Curieuse coïncidence, une de plus, à peine 48 heures après cette double menace chinoise, c’est la Biélorussie qui s’est faite à son tour menaçante. Le général de division Vladimir Archakov a en effet déclaré ce samedi dans un entretien avec le magazine « Défense Nationale » qu’en cas de conflit majeur en Europe, les pays baltes seront détruits, car ils ne représentent rien sur un plan militaire. Et pour bien enfoncer le clou de conclure que les États baltes « seront balayés de la surface de la terre » (****).

Mais le plus grave est ce qui suit. Vendredi 17 décembre, la Russie a rendu public son rapport concernant ses demandes de sécurité qu’elle a fait parvenir aux États-Unis et à l’OTAN. Parmi les nombreuses mesures, une a retenu mon attention. Moscou a proposé de « ne pas déployer de missiles intermédiaires et à courte portée là où ils peuvent toucher le territoire de l’autre camp ». Et bien aussi incroyable que cela puisse paraître dès le lendemain (le lendemain !!!) la Biélorussie faisait savoir par l’intermédiaire de son ministre des affaires étrangères, Vladimir Makeï, qu’elle envisageait l’option… du déploiement d’armes nucléaires sur son territoire en cas de menace de l’OTAN. Imaginez la tête des autorités russes si jamais l’Ukraine venait à faire une telle déclaration… Il s’agit ni plus ni moins que d’un acte de sabotage des efforts de la Russie pour résoudre la crise par la diplomatie. La Chine ne veut pas d’un règlement pacifique et elle a donné carte blanche à l’apparatchik de Minsk pour faire le sale boulot. Attachez vos ceintures.

Laurent Dayona

(*) – https://europarabellum.com/2021/11/11/vous-avez-recu-un-message-chinois/

https://europarabellum.com/2021/11/08/la-bielorussie-et-la-chine-declarent-la-guerre-a-leurope/

https://europarabellum.com/2021/10/22/la-chine-est-elle-derriere-laccentuation-de-la-crise-migratoire-en-lituanie-et-en-pologne/

(**) https://europarabellum.com/2021/12/12/quel-sera-notre-pearl-harbor/

(***) https://europarabellum.com/2021/09/25/ce-qui-se-cache-derriere-la-soudaine-rivalite-entre-la-lituanie-et-la-chine/

(****) https://fr.news-front.info/2021/12/18/la-bielorussie-a-annonce-la-destruction-des-etats-baltes-en-cas-de-conflit-en-europe/