Voilà plus de quatre mois que la crise migratoire a éclaté aux frontières polonaises et lituaniennes. C’était début juillet. Notre premier article sur le sujet date du 05 août (*). Qu’a fait l’Union européenne pour régler cette crise ou pour manifester concrètement sa solidarité à Varsovie et Vilnius ? RIEN !!! Strictement rien. Mieux, ou pire plus exactement. Le 07 octobre plusieurs ministres de l’Intérieur de 12 pays (Autriche, Bulgarie, Chypre, Danemark, Estonie, Grèce, Hongrie, Lituanie, Lettonie, Pologne et République tchèque, Slovaquie) avaient écrit à la Commission pour demander à l’UE de financer la construction d’une clôture le long de sa frontière avec la Biélorussie. Le 22 octobre la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen a opposé une fin de non recevoir balayant d’un geste de mépris l’inquiétude légitime de ces pays : « J‘ai été très claire sur le fait qu’il y a une position commune de longue date de la Commission et du Parlement européen, qu’il n’y aura pas de financement de barbelés et de murs ». Circulez il n’y a rien à voir. La commissaire aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, a précisé que les pays avaient «la possibilité et le droit de construire des clôtures. Mais quant à savoir si on devrait utiliser les fonds européens qui sont limités, pour financer la construction de clôtures à la place d’autres choses tout aussi importantes, c’est une autre question». Quelques jours auparavant la même Commission avait pourtant annoncé la mobilisation d’un milliard d’euros pour l’Afghanistan. 300 millions d’euros pour éviter la pénurie alimentaire et l’effondrement des services de première nécessité en Afghanistan et 700 millions d’euros « pour les vaccinations, l’hébergement, ainsi que la protection des civils et des droits de l’homme ». À chacun ses priorités…

Devant l’aggravation de la situation, après plus de quatre mois d’inaction et d’indifférence, voilà que nos fonctionnaires européens s’agitent. Hier, 10 novembre, les Polonais ont eu droit à la visite du président du Conseil européen, Charles Michel. L’occasion pour le Premier ministre polonais. Mateusz Morawiecki, de lui rappeler que son pays ne vivait pas une crise migratoire classique mais une tentative de déstabilisation qui est la manifestation d’un terrorisme d’État. Ce à quoi Charles Michel a répondu « c’est une attaque brutale, hybride, violente et indigne. Face à une telle attaque, nous devons agir de manière décisive, avec unité et également sur la base de nos valeurs fondamentales ». Alléluia, enfin. Ben non… Quelques heures plus tard nous apprenions par la bouche d’un responsable de l’UE qu’une réunion des dirigeants de l’UE sur les problèmes frontaliers avec la Biélorussie pourrait avoir lieu autour du… 15 novembre. Cinq jours pour organiser une réunion. Mais prenez tout votre temps les gars. C’est pas comme si il y avait urgence. Après tout le secrétaire du ministère polonais des affaires étrangères, Pawel Jablonski, a juste déclaré que la crise à la frontière de l’Union européenne avec la Biélorussie était la menace la plus importante pour la sécurité mondiale, car elle peut déstabiliser l’ensemble de l’Europe. Une broutille n’est-ce pas ? On ne va quand même pas saborder le week-end prolongé du 11 novembre de nos dirigeants pour si peu. Cela ne se fait pas. En attendant on apprend aujourd’hui de la part des gardes-frontières polonais que les soldats Biélorusses sont en train de construire un camp similaire à celui présent à Usnarz mais bien plus grand et que toutes les personnes rassemblées là-bas ont un seul objectif – se rendre en Allemagne en traversant la frontière extérieure de l’UE. Serait-ce trop demander à nos dirigeants européens de déployer sur la frontière polonaise, face à la Biélorussie, une partie de leurs effectifs afin d’aider la Pologne à repousser l’immigration clandestine ? Et même d’envisager la possibilité de tirer sur les soldats biélorusses qui les aident à franchir la frontière ? Car ne vous en déplaise il s’agit bien d’une guerre qui nous est menée ! (**)

Laurent Dayona

(*) https://europarabellum.com/2021/08/05/alexandre-loukachenko-a-déclaré-la-guerre-a-lunion-europeenne/

(**) https://europarabellum.com/2021/11/09/leurope-nechappera-pas-a-lemprise-sino-americaine-qui-provoquera-un-conflit-sur-son-sol/