Hier s’est produit un événement qui aurait paru encore inimaginable il y a quelques années. Une organisation pan-européenne a volontairement fait la promotion d’un instrument de soumission de la femme. Mais le voile qui symbolise au nom d’une religion l’effacement du sexe féminin en société est également le signe d’une idéologie totalitaire, sanguinaire, discriminatoire. Quand une femme arbore le voile elle ne signifie pas uniquement aux autres qu’elle est soumise mais qu’elle appartient à un groupe politique qui refuse toute forme d’assimilation ou d’intégration à la communauté nationale.

La campagne de promotion avec le message « Le Hijab rend libre » (sic) a été lancée par le Programme pour l’inclusion et la lutte contre les discriminations du Conseil de l’Europe et cofinancée par l’Union européenne. Le Conseil de l’Europe, basé à Strasbourg, est une organisation intergouvernementale qui rassemble 47 États et dont la vocation est de protéger les droits de l’Homme, la démocratie et défendre la prééminence du droit en Europe. Dans cette organisation soumise à différents lobbys, on retrouve la Turquie. Cela a son importance lorsqu’on sait que l’idéologie des Frères Musulmans (confrérie fondamentaliste musulmane anti-occidentale) irrigue depuis sa fondation l’AKP, le parti du Président turc Recep Tayyip Erdogan.

Et comme par hasard lorsqu’on parcourt le site du Conseil de l’Europe on retrouve derrière cette campagne en faveur du hijab « le Forum of European Muslim Youth ans Student Organisations ». Cette association est considérée par les experts de la mouvance islamiste comme proche des Frères musulmans dans la mesure où elle entretient des liens étroits avec le Millî Görüs qui est l’agent d’infiltration des communautés turques en Europe et dont le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal, disait encore récemment qu’elle allait « à l’encontre des valeurs de la République ». Le Millî Görüs a été fondé par l’ancien premier ministre islamiste turc Necmettin Erbakan mentor politique de… Erdogan et dont les liens avec le pouvoir turc ne sont plus à démontrer. On retrouve également derrière cette campagne l’« European Forum of Muslim Women » également liée à la mouvance des Frères musulmans.

Photo des membres de l’European Forum of Muslim Women dont le siège est à… Bruxelles

Le Conseil de l’Europe a joué les idiots-utiles des islamistes en promouvant l’idéologie de cette mouvance. Cela démontre que les islamistes ont totalement infiltré cette organisation, avec le soutien du gouvernement turc. C’est d’autant plus grave que le Conseil de l’Europe disposait en 2020 d’un budget de 496 millions d’euros dont une partie est désormais consacré à l’islamisation de nos filles. Ce même Conseil de l’Europe qui critique régulièrement la Hongrie pour « la violence des expulsions de migrants » ou la Pologne (et encore la Hongrie) pour ne pas « respecter les valeurs fondamentales de l’UE ». Comprendre refuser que les mouvements LGBT viennent faire leur propagande au sein des écoles. On sait désormais que ces fameuses « valeurs européennes » pour nos élites mondialistes incluent la promotion de l’islamisme au détriment de celles de la Pologne et de la Hongrie chrétienne et conservatrice qu’il convient de réduire au silence.

Laurent Dayona

Sur le même sujet lire également https://europarabellum.com/2021/10/25/les-chevaux-de-troie-de-lislamisme-et-du-grand-remplacement-en-europe/