Même si le sujet est déjà sorti des écrans radar de vos médias sachez que la Lituanie et la Pologne sont entrées dans leur quatrième mois de résistance à la vague migratoire sur leurs frontières orientales. Quatre mois ! C’est très long. C’est exceptionnel. Cela devrait nous interpeller sur la stratégie qui se cache derrière cette persévérance inhabituelle. Sur les moyens logistiques, humains et financiers que cela demande pour alimenter une telle obstination. Et ce n’est pas prêt de s’arrêter puisque l’aéroport international de Minsk a déjà publié un prévisionnel des vols pour cet hiver selon lequel au moins 55 avions voleront chaque semaine du Moyen-Orient vers la Biélorussie ! Cette orchestration des migrants, d’abord initiée par la Biélorussie puis soutenue par la Chine, devrait faire l’objet de toute l’attention des Européens pour les raisons déjà développées dans des articles précédents (*). Je note au passage que la Commission européenne n’a toujours pas su, voulu ou pu (peu importe à vrai dire) sanctionner la Biélorussie qui se rend coupable d’une agression caractérisée contre les pays membres de l’union.

En revanche, la même Commission ne cesse de s’activer pour punir la Hongrie et la Pologne coupables selon elle de ne pas respecter l’État de droit (**). Ainsi, a-t-elle obtenu que la Cour de Justice européenne condamne la Pologne à une amende d’un million d’euros par jour pour oser placer sa Constitution au-dessus du droit de l’Union européenne. La même Commission qui refuse que les fonds européens soient utilisés pour financer la construction de clôtures à la frontière orientale de la Pologne ! En attendant, la pression migratoire ne se dément pas. Il y a trois jours la Pologne a du faire face à 575 tentatives de franchissement de sa frontière. Les clandestins provenant essentiellement d’Iraq et d’Afghanistan. Hier, les gardes-frontières polonais ont dû repousser 727 tentatives de franchissement illégal de la frontière polono-biélorusse ! Notons que les migrants sont de plus en plus agressifs et n’hésitent plus à lancer des pierres et des branches sur les militaires. Récemment deux soldats polonais ont été emmenés à l’hôpital. Bref, contrairement au dire du président français, Emmanuel Macron, qui prétend ne pas voir de vague migratoire, celle-ci existe. La scène que vous pouvez observer dans cette vidéo se multiplie actuellement sur de nombreux points de la frontière orientale de l’Union européenne.

Notons également que l’Allemagne s’inquiète à son tour de la situation. Ainsi le ministre-président allemand du land de Saxe, Michael Kretschmer, s’est prononcé il y a quelques jours en faveur de la construction… d’un mur à la frontière avec la Biélorussie car sa région commence à être touchée à son tour par la vague migratoire en provenance de Biélorussie via la Pologne. Et le ministre Allemand de l’Intérieur, Horst Seehofer, a alerté face à une nouvelle vague de « réfugiés » précisant que son pays enregistrait actuellement plus de 1.000 migrants par jour. Je note enfin que pour le moment les pays confrontés à cette crise (Lituanie, Pologne et Allemagne) sont tous des pays européens ayant clairement pris position en faveur de l’alliance des démocraties prônée par le président des États -Unis Joe Biden. Alliance qui je le rappelle vise la Chine. Une pure coïncidence sans doute… Mais au rythme ou la Chine place ses pions en Asie centrale (cela fera l’objet d’un prochain article) les Européens feraient bien de ne pas trop miser sur le hasard pour régler leurs problèmes.

Laurent Dayona

(*) – https://europarabellum.com/2021/10/22/la-chine-est-elle-derriere-laccentuation-de-la-crise-migratoire-en-lituanie-et-en-pologne/

(* bis) – https://europarabellum.com/2021/10/26/islamisme-et-chine-une-alliance-contre-leurope/

(**) https://europarabellum.com/2021/10/25/les-chevaux-de-troie-de-lislamisme-et-du-grand-remplacement-en-europe/