Hier, nous posions la question de savoir quels pays européens pourraient rejoindre l’alliance militaire franco-grecque scellée le 28 septembre (*). Nous avons eu une premier réponse le 30 septembre lorsque le ministre tchèque de la défense, Lubomir Metnar, a officialisé une commande de 52 camions équipés d’un système d’artillerie Caesar auprès du groupe français Nexter pour une valeur de 257 millions d’euros. Lors de la signature du partenariat stratégique avec la Grèce, deux jours auparavant, le président français avait souligné que l’Europe devait cesser d’être naïve lorsqu’il s’agissait de défendre ses intérêts et devait renforcer sa propre capacité militaire et que cela passait nécessairement par une plus grande autonomie de la défense européenne. Ce n’est pas un hasard si la République tchèque répond positivement à la conception française de défense européenne autonome. La Tchéquie est l’un des neuf pays qui ont fourni des forces spéciales à un contingent européen présent au Mali aux côtés des forces françaises et depuis plusieurs mois on avait pu observer un rapprochement entre Prague et Paris sur que devrait être une politique européenne de défense. Il semble bien qu’Emmanuel Macron blessé par les anglo-saxons, lassé par l’Allemagne et sans illusion sur la Pologne et les Pays Baltes ait décidé d’imposer unilatéralement sa propre vision de la défense européenne.

Laurent Dayona

(*) https://europarabellum.wordpress.com/2021/09/30/la-france-est-elle-en-train-deffectuer-son-pivot-strategique-vers-la-mediterranee-orientale/