Pendant combien de temps allons-nous accepter de nous faire humilier sans réagir ? La réaction des autorités françaises dans le camouflet militaro-diplomatique des sous-marins australiens n’a pas été à la hauteur. Annulation d’une réception par notre ambassade à Washington, rappel de nos ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie, quelques déclarations tempétueuses de notre ministre des affaires étrangères et puis… rien. Il aura suffit d’un simple coup de fil du président américain, Joe Biden, pour qu’Emmanuel Macron décide du retour de notre ambassadeur à Washington cette semaine. Quelques vagues promesses échangées entre les deux présidents comme « lancer un processus de consultations approfondies » ou une « défense européenne plus forte et plus performante pour compléter le rôle de l’OTAN » et voilà Paris qui passe l’éponge sur la forfaiture américaine. Est-ce ainsi qu’une puissance qui a reçu sa plus grande humiliation diplomatique depuis des décennies doit réagir ? Imagine-t-on le général De Gaulle accepter une telle gifle sans prendre des représailles dignes de ce nom ? Pire encore, on a l’impression que ce qui vient de se passer ne donne matière à aucune réflexion stratégique ou géopolitique au sommet de l’État. La France donne l’impression de vouloir continuer comme avant.

La preuve, c’est qu’en dépit de la duplicité de l’Allemagne (*) qui a littéralement trahi son partenaire français sur le projet d’autonomie européenne à l’égard de Washington concernant la politique à adopter envers la Chine, Macron a jugé bon de ne pas suspendre l’accord franco-allemand conclu en juillet qui prévoyait le transfert de la production du moteur Vinci du futur lanceur européen Ariane 6. L’accord a été confirmé le 23 septembre par la direction d’ArianeGroup et c’est ainsi 600 emplois qui vont être perdus en France avec le transfert de l’usine de Vernon vers le site d’Ottobrunn en Bavière. Avec Emmanuel Macron l’Allemagne peut trahir la France, lui adresser un bras d’honneur en signant avec l’Australie un partenariat spatial durant la même semaine où l’on apprenait la félonie australienne sur les sous-marins et… rien. La France n’a même pas été capable de signifier son mécontentement vis-à-vis de Berlin en suspendant le transfert afin de lui faire comprendre que tout n’était pas permis. Là encore, la France passe l’éponge et fait comme si il ne s’était rien passé. Le silence d’Emmanuel Macron sur ces deux sujets est assez éloquent… (**)

Laurent Dayona

(*) https://europarabellum.wordpress.com/2021/09/23/la-duplicite-de-lallemagne-ou-la-veritable-histoire-de-la-crise-des-sous-marins-australiens/

(**) On apprenait hier soir qu’Emmanuel Macron félicitait le cycliste français, Julian Alaphilippe, pour son titre de champion du monde en qualifiant sa victoire « d’immense ». Concernant l’humiliation diplomatique de notre pays il est moins pressé de s’exprimer. Pourtant, elle aussi pourrait être qualifiée « d’immense ».