La France se lamente, la classe politique française se lamente, la presse nationale se lamente, notre ministre des affaires étrangères se lamente. Mais Emmanuel Macron reste silencieux. Ce silence peut-être interprété de deux façons. Soit le coup est si rude, l’insulte publique si insupportable qu’il ne s’en est toujours pas remis. Soit il réfléchit. J’espère qu’il s’agit de la seconde solution. J’espère que sa réflexion va l’amener à réagir. À véritablement réagir. Car la suppression d’une réception à Washington par l’ambassade de France ou le rappel des ambassadeurs français d’Australie et des États-Unis pour consultation n’est pas une attitude au niveau. Ce crachat diplomatique envoyé à la face de notre pays par les anglo-saxons mérite une réaction à la hauteur de l’acte d’hostilité géopolitique, économique et commercial qui vient de nous être adressé. Puisque les Etats-Unis et leurs alliés viennent de nous poignarder dans le dos il est plus que temps pour notre nation de leur rendre la monnaie de leur pièce. Il pourrait même s’agir si nous avions un homme d’État a la tête de notre pays d’une opportunité historique. Une opportunité de sortir définitivement de l’OTAN pour affirmer notre indépendance. Une opportunité pour discuter des bases d’une alliance avec la Russie. Une opportunité pour lancer concrètement la construction d’une défense européenne afin de lutter contre les menaces impérialistes néo-ottomanes en Méditerranée et dans le Caucase. D’aucuns diront que les Européens n’en veulent pas. Peut-être. Chacun devra prendre ses responsabilités. Les temps à venir seront tragiques. La tempête approche. L’heure n’est plus aux tergiversations. La Serbie, la Grèce, Chypre ou l’Arménie refuseraient-elles d’entrer dans une alliance avec la France et la Russie ? Je ne le crois pas. Et nous aurions sans doute la surprise de voir d’autres pays européens rejoindre cette alliance si nous avions le courage d’en promouvoir l’idée. Mais pour cela il faut avoir une conscience de l’histoire, des enjeux et des intérêts de notre civilisation. Il faut renverser la table. L’Europe, tout comme cela s’est déjà produit en Asie (*), à besoin d’un renversement des alliances. Il y va de sa survie.

Laurent Dayona

(*) https://europarabellum.wordpress.com/2021/09/18/aukus-quand-leurope-sort-de-lhistoire/