Dans son édition en date du 09 juin un article du journal « Le Monde » vient confirmer ce que je disais déjà le 20 janvier dans la dernière partie de mon article (https://europarabellum.wordpress.com/2021/01/20/hong-kong-ou-la-preuve-de-la-duperie-du-brexit/). On peut ainsi lire dans le quotidien que depuis l’entrée en vigueur du Brexit le Royaume-Uni a déjà refoulé 3.294 citoyens de l’Union européenne à ses frontières rien que pour le premier trimestre de 2021 et que « l’hôtellerie restauration britannique, qui recrutait jusqu’au tiers de ses effectifs sur le continent se plaint d’une grosse pénurie de main-d’oeuvre ». Il faut dire que le ministère de l’intérieur britannique (le Home Office) semble prendre un malin plaisir à appliquer strictement les nouvelles règles migratoires tout particulièrement à l’encontre de ses anciens partenaires européens. Mais qu’à cela ne tienne, comme prévu les mondialistes à la manœuvre à Londres ont la solution car en même temps « au premier trimestre 2021, le Home Office a reçu six fois plus de demandes de visa (de travail ou de séjour) de la part des ressortissants Hongkongais, après le coup de force chinois sur le territoire, que des Européens (34.300 contre seulement 5.354) ». Les électeurs britanniques qui ont voté en faveur du Brexit pour des raisons identitaires peuvent cependant être soulagés. Ils pourront toujours être servis dans les restaurants. Non plus par des Roumains, des Polonais ou des Français mais par des Asiatiques. Cocus, certes, mais avec la panse bien remplie.

Laurent Dayona