Le gouvernement social démocrate danois ne cesse de nous étonner dans le bon sens du terme. Le 03 juin le parlement danois a adopté une loi qui prévoit que tout demandeur d’asile au Danemark sera envoyé dans un centre d’accueil en dehors de l’Union européenne une fois sa demande enregistrée. S’il n’obtient pas le statut de réfugié, le migrant sera prié de quitter le pays tiers. Mais même s’il l’obtient, le migrant sera accueilli dans le pays hôte et non au Danemark. Il n’en fallait pas davantage pour que cette décision intelligente soit présentée par les mondialistes, qui veulent que l’Europe continue à accueillir le monde entier, comme étant une ignominie. Ainsi dans son éditorial en date du 05 juin, la rédaction du journal Le Monde n’a pas de mots assez dures pour condamner cette loi qui « soumet ce principe européen fondamental (le droit d’asile, ndlr) à une attaque sans précédent » (…) car « quel étranger demandeur d’asile se présentera au Danemark sachant qu’il sera renvoyé au Rwanda ou dans un autre pays (Tunisie, Egypte, Erythrée sont évoquées) ? Il s’agit plutôt de dissuader les migrants et d’afficher pour les électeurs danois le message de la première ministre, Mette Frederiksen : « Zéro réfugié. » ».

Quel scandale. Voilà une élue qui ose tenir ses promesses électorales sur un sujet de préoccupation majeure pour la population. Et il faut admettre que cela marche. Le Danemark n’a accueilli en 2020 que 1.515 demandes d’asile « soit le plus faible nombre depuis vingt ans et dix fois moins que ses voisins suédois ou allemands en proportion de sa population » comme est obligé de le reconnaître Le Monde. Celui-ci ajoute que cela à permis à « la gauche gouvernementale de reconquérir des électeurs gagnés un temps par l’extrême droite » mais « au prix d’une dangereuse course à l’abîme et d’une détestable instrumentalisation des migrants ». Cette critique est d’autant plus incohérente que dans ses pages internationales Le Monde alerte sur le danger de l’extrême droite allemande pour les élections régionales en Saxe-Anhalt qui doivent se tenir dimanche. Les mondialistes ne cessent de dénoncer la montée des idées populistes ou extrémistes un peu partout en Europe mais ils combattent toutes les solutions qui peuvent enrayer cette poussée. Ces pompiers pyromanes, qui de surcroît adorent donner des leçons de morale, ne sont plus à une contradiction prêt. Ces personnes sont totalement déconnectées du réel et dangereuses pour la survie de notre civilisation. Il est urgent de ne plus tenir compte de leur avis si l’Europe veut avoir un avenir digne de ce nom. L’asile politique c’est pour Alexandre SoljenitsyneSalman Rushdie ou Taslima Nasreen. Ce n’est pas pour accueillir des millions de migrants économiques. Sinon, il ne faut pas venir ensuite pleurer sur la montée de l’extrême droite en Europe.

Laurent Dayona