L’hebdomadaire « Valeurs Actuelles » a publié une note révélant que les services de renseignement français s’alarmaient de l’influence grandissante du pouvoir turc en France : « plusieurs rapports adressés à l’Élysée par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) et la Direction du renseignement de la Préfecture de police (DRPP) à la fin du mois d’octobre 2020 alertent sur une stratégie d’infiltration orchestrée depuis Ankara via l’ambassade de Turquie et le MIT, le service d’espionnage turc ». Il faut dire que la popularité d’Erdogan dans la diaspora turque vivant en France est immense comme on peut le constater à chaque élection. On observe d’ailleurs le même phénomène en Allemagne. Ce qui vient contredire au passage la vieille rengaine qui voudrait que les islamistes ne soient qu’une minorité au sein de cette diaspora. Cet entrisme permet à Ankara, selon les services français, d’exercer un « contrôle de la communauté turque » par le biais de 650 associations, coordonnée par une confédération représentée en France, en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas. Combien de temps va-t-on attendre pour agir ?

Laurent Dayona