Le général De Gaulle aimait à dire « les États n’ont pas d’amis ; ils n’ont que des intérêts ». Cette formule vaut également pour la nation européenne. L’offensive lancée en 2019 par le président turc Recep Tayyip Erdogan contre les positions kurdes dans le nord de la Syrie avait donné lieu en Europe à des prises de position tranchées de la part de nombreux intellectuels, politiques et experts. Deux sentiments dominaient. La condamnation de la Turquie et la dénonciation de l’attitude de Donald Trump. Pourtant, c’est un autre ressenti qui aurait dû inquiéter les Européens. Plutôt que de passer leur temps à critiquer le locataire de la Maison Blanche de l’époque qui, rappelons-le, avait été élu sur un programme isolationniste en politique étrangère et avec la promesse de retirer les GI’s des différents conflits dans lesquels ils étaient engagés, nos pétitionnaires enflammés auraient mieux fait de se demander pourquoi les Européens assistaient en spectateurs au massacre des Kurdes. Pourquoi une telle impuissance ? Pourquoi une telle lâcheté ? Car l’abandon des Kurdes de Syrie par l’Europe s’apparente à une forfaiture non pas tant sur un plan moral que sur le terrain de la défense de ses intérêts stratégiques. 

À la suite de la défaite de l’État islamique, une occasion historique a été manquée. Une alliance de revers contre Ankara aurait pu, aurait dû, être proposée aux Kurdes par les Européens. Après tout, Erdogan est notre ennemi commun. Si cela semble aller de soi pour les Kurdes cela est tout aussi vrai pour l’Europe. Le dirigeant islamiste ne cesse d’exercer à son encontre un triple chantage. Le premier concerne l’instrumentalisation politique et religieuse des minorités turques vivant dans les différents pays européens en exigeant d’elles qu’elles refusent toute forme d’assimilation et en aidant financièrement des associations religieuses et politiques turques extrémistes . Le deuxième chantage s’exerce directement contre deux pays membres de l’UE, en l’occurence Chypre et la Grèce, en occupant illégalement la partie nord de son territoire pour la première, en violant régulièrement l’espace aérien et maritime des deux, et en menaçant de s’en prendre à leurs ressources gazières au large de leurs côtes. Enfin, le dernier chantage, et pas le moindre, consiste à menacer continuellement le Vieux continent d’un afflux de millions de migrants en ouvrant largement ses frontières si les Européens n’acceptent pas de fermer les yeux sur tous les caprices du Sultan d’Ankara. Et ce en dépit des milliards accordés par Bruxelles à Ankara selon les clauses d’un accord sur la question migratoire. C’est d’ailleurs ce dernier chantage que l’éradicateur du Bosphore a immédiatement agité dès que les Européens ont osé formuler une timide condamnation de son agression militaire contre les kurdes. Cette énième menace n’a malheureusement provoqué à l’époque aucune réaction digne de ce nom de la part des puissances européennes. 

En partant du principe que les ennemis de mes ennemis sont mes amis, la nation européenne a intérêt à alimenter la résistance kurde. Cela peut passer par un soutien financier, militaire et/ou diplomatique. Puisque le satrape d’Anatolie aime manier le chantage quel meilleur retour à l’envoyeur que de le menacer d’une reconnaissance diplomatique d’un État kurde assorti d’une aide logistique militaire ? Déjà en 1920 les articles 62 à 64 du Traité de Sèvres prévoyaient la création d’un « territoire autonome des Kurdes » englobant le sud-est de l’Anatolie. Pour cela, la nation européenne doit réunir trois conditions : s’unir, sortir de l’OTAN, s’allier avec la Russie. Si les Européens ont joué la mauvaise carte en Syrie, ce n’est pas le cas du Kremlin. Son soutien à Damas lui a permis d’atteindre trois objectifs : sauver ses bases militaires dans la région, renforcer son influence au Moyen-Orient et… compléter sa stratégie d’encerclement de la Turquie. Vladimir Poutine à la différence de ses homologues européens a conservé une mémoire longue de l’histoire. L’objectif  de la Russie dans la région reste identique à ce qu’il a toujours été dans son histoire : libérer Constantinople et les terres orthodoxes occupées par les Turcs (jadis les Ottomans) permettant ainsi d’avoir un libre accès à la Méditerranée. La reconquête de la Crimée, son rôle d’arbitre dans le Caucase et son implantation militaire en Syrie sont les pièces d’une même stratégie. La carte kurde pourrait très bien la compléter dans la mesure où elle n’est pas soupçonnable de dérive islamiste et qu’elle s’accommode du maintien au pouvoir de l’autocrate de Damas. Reste à la nation européenne de comprendre enfin où se trouve son intérêt dans la région.

Laurent Dayona