Le covid 19 rend t-il fou ? On serait porté à le croire lorsqu’on regarde la manière avec laquelle les différents pays européens ont géré cette crise sanitaire. Nos économies ont été sabordées, notre jeunesse sacrifiée…. pour sauver, à une écrasante majorité, une population âgée de plus de 70 ans dont la grande majorité qui a succombé à ce virus avait une espérance de vie extrêmement limitée du fait de pathologies et de comorbidités très prononcées. C’est la sinistre réalité. Cette punition collective, qui a vu la multiplication des atteintes aux libertés individuelles les plus élémentaires et que l’on pensait inconcevable dans nos démocraties s’accompagne désormais d’une politique discriminatoire dans la campagne de vaccination puisque la priorité est donnée…. aux personnes de plus de 75 ans. N’aurait-il pas été plus logique de vacciner en priorité les personnes de moins de 35 ans afin de permettre à cette population de travailler, d’étudier et de vivre normalement ? Non, on préfère sacrifier l’avenir de notre jeunesse en lui imposant depuis près d’un an des brimades et un désintérêt méprisant qui la prive de ses études, d’une vie sociale décente et d’activité sportive. Tout cela entraîne une hausse de la consommation de médicaments pour faire face à une déprime voir à de sévères dépressions. 

Et pour qui ? Pour sauver cette génération soixante huitarde ; celle-là même qui a ruiné l’Europe en voulant jouir sans entrave ; celle-là même qui l’a ouverte à toutes les migrations avec toutes les conséquences désastreuses que l’on connaît ; celle-là même qui avait promis une Europe puissance et qui nous laisse une Europe désunie et soumise aux intérêts américains, chinois ou moyen-orientaux. Comme si cela ne suffisait pas, cette génération désire désormais sacrifier ses enfants et petits-enfants sur l’autel de ses vieux jours. Ces Madame du Barry des temps modernes « Encore un instant monsieur le bourreau », révolutionnaires d’opérette de mai 1968, dévorent leurs progénitures comme la révolution de 1789 dévorait ses partisans. Les personnes âgées sont libres de se protéger et d’appliquer les gestes barrières, de se confiner, de ne recevoir personne chez elles etc…. ou non. Cela sera leur choix. Leur liberté. J’ai moi même 51 ans. Je ne me sens pas à l’abri de ce virus. Je peux très bien en être victime. Mais cela doit-il me conduire à demander à la jeunesse de mon pays un sacrifice général au profit de ma sécurité ? Je répond de la manière la plus catégorique. C’est NON. Libérons notre jeunesse. Redonnons lui l’espoir et l’esprit d’initiative. Redonnons lui tout simplement le goût de vivre. 

Laurent Dayona