Alors que certains partis de droite ne cessent de faire des concessions à leurs adversaires idéologiques dans l’espoir vain de s’ouvrir les portes du pouvoir, d’autres en revanche refusent de passer sous les Fourches Caudines du politiquement correct. C’est notamment le cas aux Pays-Bas de Geert Wilders et de son parti de la liberté (PVV). Malheureusement cette radicalité n’est pas toujours un gage de lucidité. Ainsi le PVV propose aux électeurs le retrait du pays de l’Union européenne. Si cette proposition est absurde par essence, elle l’est encore davantage lorsqu’on prend connaissance de la suite du programme. Geert Wilders propose la fermeture des frontières pour les migrants en provenance des pays islamiques. L’idée en soi est sympathique mais comment peut-il croire que les Pays-bas, du seul fait qu’ils soient sortis de l’UE, pourront empêcher toute migration si le reste de l’Europe poursuit sa politique migratoire suicidaire ? Ce nationalisme à la papa qui consiste à croire que l’on pourra résoudre localement un si vaste problème en se repliant sur ses frontières tout en laissant ses voisins sombrer dans les abîmes est non seulement ridicule mais dangereux. Les peuples européens doivent comprendre qu’ils ne pourront faire face à ce défi que collectivement. Toute réponse unilatérale est une illusion vouée à l’échec. Il en va de même de sa proposition d’interdire le port du foulard ou d’envisager que l’islam ne soit plus considéré comme une religion, mais comme une idéologie totalitaire, permettant ainsi de bannir les écoles coraniques, les mosquées et le Coran. Cette politique de déislamisation ambitieuse serait-elle possible pour un pays cerné par une UE dirigée par des mondialistes ? Je ne le crois pas. Plus que jamais les identitaires européens doivent comprendre que la seule solution consiste à se rassembler dans un même parti afin de prendre le contrôle de l’Union européenne pour changer ses orientations en profondeur.

Laurent Dayona

NB : je viens de réaliser que je n’ai pas précisé que l’interdiction de l’islam et de ses représentations sont des mesures irréalistes. Elles vont à l’encontre de nos valeurs démocratiques. Nous devons bien entendu stopper l’immigration en supprimant toutes les mesures qui incitent à venir en Europe et encourager la remigration des populations immigrées (ou d’origine immigrée) extra européenne. Tout cela aboutira de fait à une certaine déislamisation des sociétés européennes mais les populations islamiques qui resteront devront pouvoir vivre librement dans le respect de nos lois démocratiques.