Trois soldats français ont été tués au Mali ce lundi 28 décembre lorsque leur véhicule blindé a été touché par un engin explosif. Ces trois soldats appartenaient au 1er régiment de chasseurs. Le président français a fait part dans un communiqué de sa «très grande émotion» et à salué « avec le plus grand respect la mémoire de ces militaires, morts pour la France dans l’accomplissement de leur mission. »

C’est désormais 47 militaires qui sont tombés dans les sables du Mali dans un conflit insoluble. Disons-le, puisque nos médias ne le font pas, l’armée française est enlisée au Mali. Faut-il rappeler qu’au départ l’inénarrable François Hollande assurait que la présence de nos troupes dans ce pays serait l’affaire de quelques mois ? En janvier 2021 cela fera huit ans, huit longues années, que nos forces pourchassent un ennemi insaisissable. Et pour quel résultat ?

La démocratie au Mali a-t-elle progressé ? La réponse est simple, elle est négative. La sécurité au Mali a-t-elle progressé ? La réponse est simple, elle est négative. L’immigration malienne vers l’Europe s’est-elle tarie ? La réponse est simple, elle est négative. La présence de nos troupes au Mali a-t-elle empêché un seul attentat en Europe ? La réponse est simple, elle est négative. Et je pourrais continuer ainsi sur de nombreux sujet

Non monsieur le président, ces soldats ne sont pas morts pour la France. Encore moins pour l’Europe. Il est criminel de continuer à envoyer notre jeunesse mourir dans un conflit qui ne sert nullement nos intérêts géopolitiques et n’assure aucunement notre sécurité. Quel président français aura le courage de mettre fin à cette aventure délétère ? Nos soldats pourraient mourir pour la France si ils participaient à la défense de l’intégrité territoriale de la Grèce ou de Chypre ou en empêchant les forces turques de s’installer en Libye. Autant de théâtres où nos intérêts sont directement menacés. 

Laurent Dayona