Le 24 décembre, le maréchal Libyen Khalifa Haftar, soutenu par l’Égypte, les Émirats arabes unis et la Russie, a appelé à «chasser l’occupant» turc. Il n’y aura «pas de paix en présence d’un colonisateur sur nos terres» a-t-il ajouté. Cela a entraîné une riposte verbale de la part du ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, lors d’une visite ce dimanche à Tripoli : « Le criminel de guerre, le meurtrier qu’est Haftar et ses forces doivent savoir qu’ils seront considérés comme des cibles légitimes en cas d’attaque contre les forces turques». Reste à savoir si cette diatribe musclée de la part du maréchal Khalifa Haftar n’est qu’une rodomontade gratuite ou bien si elle annonce une nouvelle escalade militaire dans le bras de fer qui oppose les puissances étrangères sur le terrain libyen. Si tel devait être le cas souhaitons que les puissances européennes, et en premier lieu la France, sauront saisir cette opportunité et contribueront à chasser la Turquie de Libye.