Les récents affrontements entre les armées arméniennes et azerbaïdjanaises sont venus nous rappeler que l’antagonisme entre l’Europe et la Turquie ne se limite pas aux Balkans ou aux terres sous occupation turque que nous devrons reconquérir mais qu’il se prolonge également dans le Caucase. Si l’Arménie n’est pas un pays européen sur un plan purement géographique puisqu’il se situe sur le versant asiatique de la chaîne caucasienne qui délimite la frontière entre l’Europe et l’Asie, il est cependant un pays européen sur le plan ethnique, culturel, religieux et historique. Il est du devoir de l’Europe d’assurer la défense de ce pays contre son adversaire azéri soutenu par son puissant parrain turc. Si Erevan peut compter sur la protection de la Russie, ce qui lui a permis jusqu’ici de résister aux ambitions néo-ottomanes dans la région je ne doute pas une seule seconde que les Arméniens verraient d’un très bon œil des troupes européennes dans la région. Leurs présences en Arménie seraient bien plus utiles pour la défense de nos intérêts que dans les sables maliens.

Malheureusement l’Union européenne, dans ce domaine comme dans tant d’autres, se montre incapable de faire prévaloir ses intérêts géopolitiques et civilisationnels en étant totalement assujettie à ceux de Washington. Ainsi, dans le conflit qui oppose l’Arménie à l’Azerbaïdjan, Bruxelles se garde bien de prendre position pour l’un ou l’autre camp. De son côté, la Turquie n’a pas les mêmes pudeurs et n’hésite pas à peser de tout son poids pour soutenir les troupes de Bakou comme vient encore de le rappeler le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué où il a exprimé son soutien à l’Azerbaïdjan, pays allié et turcophone : « La Turquie va rester, avec tous ses moyens, au côté de l’Azerbaïdjan dans sa lutte pour préserver son intégrité territoriale ». Ça au moins c’est clair ! Comme en Syrie, comme en Libye ou pour la reconquête des territoires perdus (Thrace orientale, nord de Chypre et la partie européenne de Constantinople) la défense de l’Arménie passera par une alliance indispensable entre l’Europe et Moscou. Le jour où les Européens voudront bien se réveiller….

Laurent Dayona