Parmi les nombreuses raisons qui sont avancées pour justifier l’unification politique de l’Europe, que celles-ci soient données par les européistes mondialistes ou par les identitaires européens, il y en a une qui n’est jamais évoquée. L’unification politique de notre continent est nécessaire, car elle est indispensable à notre survie pour empêcher que notre continent ne devienne le théâtre de l’affrontement entre la Chine et les Etats-Unis. Durant la période entre 1945 et 1991, année de l’effondrement de l’URSS, l’Europe a vécu une période bénie des Dieux. Notre continent était divisé entre les deux principales puissances de l’époque. Elles concentraient sur notre sol une grande partie de leurs forces armées et de leurs moyens de destruction. Mais l’équilibre de la terreur empêchait paradoxalement tout affrontement direct entre les deux. Washington et ses alliés tout comme Moscou et les siens savaient qu’une guerre en Europe équivaudrait à une destruction mutuelle. Cette situation a été à l’origine de la période de paix qui a prévalu en Europe durant des décennies. C’est tellement vrai, qu’il faudra attendre la chute du mur de Berlin en 1989 pour que le Vieux continent connaisse à nouveau les affres d’un conflit militaire avec l’éclatement de la Yougoslavie en 1991. La conscience qu’un affrontement direct en Europe provoquerait leur destruction mutuelle a conduit ces puissances à s’opposer indirectement sur les théâtres périphériques (Asie, Afrique, Moyen-Orient, Amérique latine). La situation aujourd’hui me semble comparable. Sauf que le cœur de l’affrontement ne se situe plus en Europe mais en Asie. Et pour les Européens, malheureusement, cela va tout changer.

La Chine et les Etats-Unis veulent tous les deux la suprématie planétaire. La plus grande partie de leurs forces sont concentrées en Asie. Du côté américain, cette situation a été validée lors de la double présidence de Barack Obama avec la décision de transférer vers la zone Asie-Pacifique la majeure partie de la flotte américaine. Mais comme au siècle dernier, les deux puissances savent pertinemment qu’un affrontement direct en Asie et dans le Pacifique engendrerait leur destruction mutuelle. C’est donc sur les théâtres périphériques que ces deux puissances s’affrontent déjà, de manière indirecte, via des nations, des rébellions, des mouvements terroristes ou des consortiums économiques. Et cette fois, malheureusement, l’Europe est devenu l’un des enjeux de cette bataille. Les stratèges américains, conscients de l’impossibilité d’une guerre traditionnelle face à la Chine du fait de l’arme atomique, misent leurs espoirs sur une répétition de la Guerre Froide. Ils veulent entraîner la Chine dans une guerre économique, commerciale, numérique et technologique qu’elle ne serait pas en mesure, selon eux, de gagner afin de provoquer comme jadis en URSS l’essoufflement puis l’effondrement du régime. La guerre sur les tarifs douaniers lancée par Donald Trump ou ses attaques contre l’un des fleurons de la technologie chinoise, l’entreprise Huawei, pour le contrôle planétaire de la 5 G, sont les signes précurseurs de cette stratégie. Et on peut même se demander, certains m’accuseront ici de complotisme, si les pannes électriques majeures au Vénézuela et plus récemment en Uruguay, économie florissante à la différence de sa voisine bolivarienne, ainsi qu’en Argentine, n’entrent pas dans la préparation de ces nouvelles formes de guerre qui opposeront les deux géants.

En Europe, la Chine avance ces pions. Bien aidée par l’hostilité des néo-conservateurs américains qui voient toujours en Moscou une puissance rivale. Les Etats-Unis n’ont jamais voulu d’une Russie indépendante, forte et européenne. Leur hantise que cela puisse déboucher sur l’émergence d’une Europe continentale unie, qui passe nécessairement par un axe Paris-Berlin-Moscou, et qui se placerait automatiquement en rivale des Etats-Unis a toujours était au cœur des préoccupations de la géopolitique anglo-saxonne. Il suffit de se rappeler de ce que les Américains ont tenté de faire de ce pays sous la présidence du pantin Boris Eltsine pour comprendre de quelle Russie ils se satisferaient. Le malheur pour les Européens et que cette politique pousse Moscou dans les bras de la Chine ce qui entraîne déjà des répercussions dramatiques pour notre continent. Les tensions et les guerres aux confins des frontières russes ou dans ses traditionnelles zones d’influence se multiplient. On le voit déjà en Ukraine mais attendez-vous à ce que cela tangue en Transnistrie, en Moldavie, dans les Balkans, dans le Caucase, en mer Baltique et peut-être autour de l’enclave de Kaliningrad dans le pire des cas. On le voit déjà dans les pressions exercées par Washington sur l’Allemagne et différents pays européens pour empêcher la réalisation du projet de gazoduc Nord Stream 2 qui doit alimenter l’Europe en énergie russe bon marché au détriment du gaz de schiste américain. Une déstabilisation de la dictature Biélorusse peut également s’inscrire dans ce schéma d’affrontement indirect entre la Chine et les Etats-Unis. L’Europe ne manque pas de terrain de jeu.

À cela s’ajoute le fait que le projet chinois de nouvelles routes de la soie n’épargne pas l’Europe. Ses tentatives de prendre le contrôle d’une partie de l’économie grecque, n’oublions pas qu’elle a acheté le port d’Athènes, ses investissements de plus en plus nombreux dans les Balkans, notamment en Albanie, ou ses récentes propositions économique alléchantes aux différents gouvernements italiens, entrent bien entendu dans ses plans de domination économique. Mais ces initiatives prouvent surtout que l’Europe devient pour la puissance chinoise un théâtre d’affrontement dans le cadre de sa rivalité avec la puissance américaine pour la suprématie mondiale. Et cela n’augure rien de bon pour les Européens. Si nous ne voulons pas subir ce que les nations africaines, asiatiques ou sud-américaines ont subi durant la Première Guerre Froide, les Européens doivent mettre immédiatement un terme à leurs divisions, tendre la main à Moscou et sortir de l’OTAN. Seule une Europe puissante et unie, rassemblant la Russie, pourra nous éviter le destin funeste que Chinois et Américains nous réservent au travers de leur affrontement.

Lolicus