Le parti nationaliste Vox a demandé il y a quelques semaines un renforcement des relations entre l’Espagne et les États-Unis pour faire face à l’effort militaire engagé par le Maroc et l’Algérie ces dernières années selon le journal ABC. Afin de justifier ses propositions, Vox a souligné que le Maroc a considérablement augmenté ses capacités militaires et dispose déjà d’une armée qui, avec 200 000 soldats, est parmi les plus modernes d’Afrique. Pour les nationalistes espagnols les relations avec les USA « sont essentielles pour assurer un soutien en cas de conflit avec les nations voisines ou pour revendiquer la souveraineté espagnole sur des territoires ou les eaux adjacentes au Maroc ». Il est déplorable de voir que des nationalistes espagnols préfèrent remettre la défense de leur pays entre les mains des États-Unis plutôt que de privilégier une alliance entre les nations européennes. D’autant plus que la protection des États-Unis est toute théorique. La Grèce membre de l’OTAN peut témoigner ces dernières semaines que Washington se garde bien de freiner les provocations de plus en plus agressives de la Turquie de Recep Tayyip Erdogan en Méditerranée orientale. Un exemple que ferait bien de méditer nos nationalistes espagnols….

Mais non content de renforcer la vassalisation de leur pays vis-à-vis des Etats-Unis, Vox prend le risque de favoriser la submersion démographique de notre continent en affirmant que le renforcement des relations militaires avec Washington permettra à l’Espagne de maintenir sa supériorité militaire en Méditerranée occidentale pour « assurer sa souveraineté sur les villes autonomes de Ceuta et Melilla, et sur l’archipel des Canaries ». Quelle grossière erreur. Ceuta et Melilla doivent être rendues au Maroc. Ces deux enclaves sont aujourd’hui des portes d’entrée pour l’immigration clandestine. Régulièrement des hordes de migrants forcent les barrières séparant ces deux villes du reste du territoire marocain. Et bien entendu, une fois en territoire espagnol ces migrants ne sont pas renvoyés. La plupart vont poursuivre leur voyage pour se répandre dans la péninsule ibérique ou dans le reste de l’Europe. Mais outre que ces deux villes sont des passoires migratoires, elles ne sont nullement européennes. Ni géographiquement, ni démographiquement. À Ceuta, les musulmans représentent déjà 45 % de la population. Pour Melilla c’est encore pire puisque on estime que les musulmans représentent 50 % de la population. Dans ces conditions quel est l’interêt de vouloir conserver ces territoires ?

Lolicus