Il est des légendes qui ont la vie dure. A l’occasion des nombreuses manifestations contre la réélection contestée du président Alexandre Loukachenko de nombreux journaux français ont ressorti le poncif d’un pouvoir russe qui s’opposerait à ce que tout pays appartenant à sa sphère d’influence puisse se rapprocher de l’Union européenne. Et de nous rappeler qu’il en fut ainsi en Ukraine en 2014. Mais nos journalistes en écrivant cela manipulent les faits. Si Vladimir Poutine s’oppose en effet à tout rapprochement de l’Ukraine ou de la Biélorussie avec Bruxelles ce n’est pas par opposition à la famille européenne. Si Moscou trace une telle ligne rouge c’est uniquement à cause du corollaire qui accompagne toute adhésion à l’UE qui veut que cela se finisse par une appartenance à…. l’OTAN.  Contrairement à ce qu’écrivent les journalistes, et ils le savent très bien, les crises militaires survenues en Géorgie ou en Ukraine découlent uniquement des perspectives d’adhésion de ces pays à l’Alliance Atlantique. Si les Européens n’étaient pas soumis militairement et géopolitiquement aux intérêts de Washington, la Russie n’appréhenderait pas toutes ces crises de la même manière. Il faut faire preuve d’une mauvaise foi évidente pour prétendre le contraire.

Lolicus